Christophe Speich

Etiopathe Chez Physionex

Diplômé en 2010 de la Faculté d’Etiopathie de Lyon.
Diplômé d’un D.I.U en imagerie neurovasculaire à l’Université Paris Descartes Paris V.
En exercice depuis l’obtention du diplôme en 2010 après 6 années d’études.
En parallèle, dispense des cours depuis plus de 10 ans à la faculté de Lyon : Anatomie périphérique, anatomie du système nerveux central, sémiologie neurologique et technique.
L’étiopathie est une méthode de soins manuelle qui se définie par une méthode d’analyse systémique des pathologies. Son traitement vise avant tout à traiter la cause, l’origine des pathologies. Son action consiste à permettre au corps de retrouver son activité normale, par une ou plusieurs interventions manuelles précises visant à supprimer la cause du dysfonctionnement.
L’étiopathie s’adresse à chacun d’entre nous, du nourrisson au sénior, de la femme enceinte au sportif.
L’étiopathie soigne manuellement de nombreuses pathologies qui affectent notre vie
quotidienne : troubles articulaires, musculaires, neurologiques, digestifs, circulatoires,
respiratoires, gynécologiques, ORL, ou généraux.
Christophe est agréé ASCA, RME et VISANA permettant une prise en charge par la plupart des assurances
complémentaires.


Contact : 022 566 04 80

MARISA GHINET

Passionnée par le sport et le mouvement Marisa s’est formée en Belgique à l’Université
Catholique de Louvain (UCLouvain) pour devenir physiothérapeute. Elle y a obtenu le grade académique de :

Master en Kinésithérapie et réadaptation en janvier 2020.


Avant de rejoindre l’équipe de PhysiOnex, Marisa à travaillé comme salariée à l’Hôpital de La Tour à Genève pendant deux ans. Elle y a acquis des compétences multiples tout en se
spécialisant en neurologie et pédiatrie. A présent elle se consacre principalement à la pédiatrie et se forme en conséquence:

  • Plagiocéphalie : prévention et traitement des déformations du crâne du nouveau-né 
  • Autisme en physiothérapie: prise en charge
  • Symposium RRMES sport, santé et jeunesse
  • Symposium RRMES sport, santé et handicap

Les soins physiothérapeutiques pédiatriques sont très variés en fonction de l’âge de l’enfant et de sa pathologie. Marisa prend en charge les enfants de 0 à 18 ans que se soit pour des problèmes neurologiques, de développement, de croissance ou traumatiques.
Elle se forme actuellement en zoothérapie (appelé aussi médiation animal) afin de pouvoir offrir un accompagnement différent pour ses patients dans leur rééducation.

Qu’est-ce que le diastasis abdominal ?

La période post-partum est une période importante dans la vie d’une femme, c’est pourquoi j’ai choisi de me spécialiser dans cette prise en charge. Au cours de ma pratique, j’ai pu remarquer que la majorité des patientes que je reçois présentent un diastasis des grands droits de l’abdomen sans même le savoir. Je les reçois en moyenne 3 à 6 mois post-partum. Parmi elles, environ 60% ont un diastasis abdominal, mais peu se plaignent de douleurs lombaires.

Cependant, quand elles consultent pour des douleurs de dos, plusieurs années après l’accouchement, je remarque que la majorité présentent un diastasis abdominal. Au troisième trimestre de grossesse, 66% à 100% des femmes présentent un diastasis [2], 53% des primipares présentent encore un diastasis au troisième jour post-partum. Celui-ci persiste entre 5 à 7 semaines après l’accouchement dans 36% à 52% des cas. A 6 mois de post-partum, la prévalence du diastasis est de 39% [8]. En revanche, après 8 semaines de postpartum, le diastasis n’évolue plus de manière spontanée. [5][7] Les muscles ne retrouvent pas leur position initiale, les femmes gardent alors un diastasis des années après, parfois sans même en avoir conscience.[2] Or, j’ai pu constater que suite au rendez-vous de contrôle chez le gynécologue 6 semaines après l’accouchement, ces derniers ne testent que très rarement la présence du diastasis abdominal et les prescriptions sont ciblées principalement sur le périnée.

L’objectif chez ces patientes est de diminuer la distance inter- recti. Pour cela le physiothérapeute dispose de plusieurs moyens de traitements : exercices abdominaux [4], technique de Noble [11][10], técarthérapie et la pose de tapping. Mais à ce jour, il n’existe pas de protocole défini [7][2][4][9], et dans les cas sévères, le diastasis abdominal peut conduire à une gêne fonctionnelle, une mauvaise posture, une hernie ombilicale, et même une gêne esthétique [4]. La faiblesse abdominale engendrée par le diastasis peut entraîner des dysfonctions du plancher pelvien et même des chutes d’organes (prolapsus) [11]. En cas d’échec de traitement, le seul recours est l’intervention chirurgicale. [7] Je me suis alors demandée comment le physiothérapeute pouvait réduire ce diastasis abdominal.

Pour voir l’article complet :

L’accompagnement périnatal

L’accouchement est la naissance de trois êtres : un enfant, un père et une mère. Ce changement s’effectue sur le plan physique, énergétique, morphologique, hormonal, social et psychologique

L’accouchement a la particularité d’être à la limite des capacités physiologiques de déformabilité du bassin, du périnée et de l’utérus

Le rôle fondamental du physiothérapeute est de redonner de la mobilité à tous ces éléments.

Qu’est-ce que la physiothérapie prénatale ?

La physiothérapie est le traitement des affections musculaires et osseuses basé sur les massages et les mouvements du corps.

Pendant la grossesse, la femme connaît un bouleversement physique afin d’accueillir le futur bébé, il peut se présenter plusieurs douleurs ou gênes :

  • Douleurs type « sciatique »
  • Douleurs lombaires
  • Douleurs dorsales
  • Douleurs costales
  • Pubalgie de grossesse
  • Douleurs abdominales
  • Douleurs coccyx
  • Jambes lourdes (œdèmes)

Par des manœuvres douces, respectant la grossesse et l’intimité de la femme, la physiothérapie permet de soulager ces douleurs.

Pourquoi la physiothérapie est-elle importante ?

La physiothérapie permet de soulager les douleurs, mais aussi de préparer le bassin de la femme enceinte à l’accouchement. Plusieurs exercices d’étirements et de mobilisations sont recommandés afin de détendre assouplir et mobiliser le bassin. 

Lors des séances de physiothérapies plusieurs conseils sont donnés à la jeune maman afin de vivre au mieux sa grossesse et son post-partum.

La préparation périnéale durant la grossesse passe également par une information sur l’anatomie du périnée ainsi qu’une prise de conscience de celui-ci puis par l’apprentissage d’une bonne respiration et d’un positionnement correct du bassin. La femme enceinte devra être en mesure de maîtriser la contraction et le relâchement périnéal.

Tout au long de la gestation, le corps de la femme se transforme afin de s’adapter au développement du bébé et ces différents changements physiques sont responsables de désagréments. En effet, la grossesse ainsi que l’accouchement ont un retentissement important sur le périnée qui doit tout d’abord faire face à l’augmentation de poids et de volume de l’utérus puis laisser passage au fœtus à travers ses fibres musculaires. Ces répercussions ne sont pas sans conséquence sur cette musculature qui se voit affaiblie et fragilisée au cours de ces différentes périodes. De ce fait, les femmes peuvent voir apparaître en pré- ou post-partum une incontinence urinaire ou fécale, un prolapsus, des dyspareunies… autant de troubles qui impactent de manière non négligeable la santé et la vie de ces femmes.

Chez PhysiOnex, en plus d’un accompagnement périnatal personnalisé, nous proposons des cours de Pilâtes prénatal par groupe de 4 femmes maximum, permettant ainsi d’adapter les exercices à chaque femme. Ces cours sont enseignés par un physiothérapeute spécialisé et pris en charge par l’assurance maladie.

Physiothérapeute – HAMROUN Sonia

Fibromyalgie

18-21 points douloureux

La fibromyalgie est une maladie chronique caractérisée par la présence de plusieurs plaintes neuromusculaires douloureuses réparties au hasard dans tout le corps. 

Les causes de la fibromyalgie sont encore inconnues, mais plusieurs facteurs sont souvent associés à ce syndrome. 

  • Génétique : la fibromyalgie est très récurrente chez les personnes de la même famille, ce qui peut être un indicateur de certaines mutations génétiques capables de provoquer le syndrome.
  • Les infections virales et les maladies auto-immunes peuvent également être impliqués dans les causes de la fibromyalgie.
  • Les troubles du sommeil, l’inactivité physique, l’anxiété et la dépression peuvent également être liés d’une manière ou d’une autre au syndrome. 

Les principaux symptômes :​

  • Douleur généralisée : la douleur associée à la fibromyalgie est constamment décrite comme une douleur présente dans différentes parties du corps et qui dure au moins trois mois.
  • Fatigue : les personnes atteintes de ce syndrome se réveillent souvent fatigués, même si elles ont dormi pendant plusieurs heures. Le sommeil est également constamment interrompu en raison de la douleur, et de nombreux patients présentent d’autres problèmes liés au sommeil, tels que l’apnée et l’insomnie. 
  • Maux de tête récurrents ou migraine classique, douleurs pelviennes et douleurs abdominales sans causes identifiées (syndrome du côlon irritable). 
  • Problèmes de mémoire et de concentration.
  • Engourdissement et picotements dans les mains et les pieds.
  • Palpitations.

Les symptômes de la fibromyalgie sont très similaires aux symptômes d’autres syndromes. 

Le diagnostic est posé cliniquement (à travers l’historique des symptômes et l’examen physique). Il n’y a pas de tests de laboratoire spécifique qui peuvent faire le diagnostic, mais le médecin peut demander des tests sanguins afin que d’autres maladies, avec des symptômes et des caractéristiques similaires, soient exclues parmi les diagnostics possibles.

Le traitement est plus efficace lorsque les médicaments et les soins non médicamenteux sont combinés. L’objectif est de prévenir le handicap physique, de minimiser les symptômes et d’améliorer la santé globale. Le traitement peut impliquer :

  • Physiothérapie 
  • Programme d’exercice et de remise en forme 
  • Méthodes pour soulager le stress, y compris massage léger et techniques de relaxation 
  • Thérapie cognitive-comportementale. 
  • Médicaments

Il existe plusieurs classes de médicaments utilisés conjointement avec un traitement non médicamenteux. Les médicaments les plus largement utilisés sont les analgésiques à action centrale, y compris certains antidépresseurs et antiépileptiques qui ont cette action analgésique.

Les groupes de soutien peuvent également être utiles.

Entre autres recommandations :

  • Suivez une alimentation équilibrée 
  • Évitez la caféine 
  • Maintenez une bonne routine de repos pour améliorer la qualité du sommeil
  • Acupression et acupuncture. 
  • Les cas graves de fibromyalgie peuvent être traité dans une clinique spécialisée dans la douleur. 

Le centre PhysiOnex peut vous aider à soulager vos douleurs grâce à la thérapie manuelle, les massages, la préparation physique, le crochetage, la méditation, les soins énergétiques et la micronutrition.

Concernant l’activité physique, chez PhysiOnex nous proposons des séances de Pilates personnalisés qui offrent un soulagement des symptômes grâce à l’alignement postural, les étirements et le renforcement. Nos cours de Pilates sont entièrement adaptés aux besoins du patient, en respectant l’individualité biologique de chacun.

PHYSIOTHÉRAPEUTE RYCHTER JESSICA

L’importance du traitement physiothérapeutique dans la cicatrice post-chirurgicale.

Qu’est-ce qu’une cicatrice ?

Cicatrice post-chirurgicale

C’est la formation de nouveau tissu fibreux en réponse à une lésion cutanée ; c’est le résultat normal du processus de cicatrisation.

Bien que les avances médicales permettent aujourd’hui des chirurgies moins invasives, dans certains cas, la cicatrice post-chirurgicale est inévitable.

Ses soins sont importants, non seulement pour des raisons esthétiques, mais aussi pour la santé, car dans certains cas la zone peut présenter des sensations douloureuses, ou rétracter la peau et limiter les mouvements normaux. Elle peut également produire un impact psychosocial et cosmétique sur les personnes et, dans certains cas, même affecter leur estime de soi.

 

Peu de gens savent que les soins doivent commencer avant la chirurgie : en hydratant la peau, en réduisant la consommation de tabac (plus précisément de la nicotine qui est un vasoconstricteur) et en améliorant l’alimentation.

 Après la chirurgie, nous devons attendre que l’inflammation de la région diminue, pour cela, le physiothérapeute doit effectuer un massage de type lymphatique. Une fois les points de suture retirés et avec l’approbation du médecin, nous pouvons commencer par le massage de la cicatrice.

C’est votre physiothérapeute qui doit faire les premiers massages et vous apprendre la technique pour le faire à la maison tous les jours.

 

Avec un massage adéquat il est possible de diminuer les adhérences des tissus profonds, l’inflammation et l’œdème et d’augmenter l’élasticité.

Ce massage produit également une relaxation musculaire réflexe qui peut diminuer la douleur et les démangeaisons et par conséquent améliorer l’humeur.

 

Et pour les cicatrices pathologiques ?

La formation de tissu cicatriciel peut produire des changements dans la structure du derme, appréciables sous la forme d’altérations dans la texture, la couleur, l’élasticité et d’autres attributs de la peau.

C’est bien entendu que les cicatrices ne peuvent pas être complètement éliminés, néanmoins il est possible d’améliorer leur apparence et visibilité.

Dans notre cabinet, nous pouvons vous proposer des différentes alternatives de traitement non invasives qui peuvent améliorer votre cicatrice.

 

Quelques conseils simples :

  • Évitez l’exposition au soleil pendant les 6 premiers mois car cela peut aggraver leur apparence. Sinon, il faut appliquer une protection solaire élevée toutes les deux heures
  • Hydratez la zone avec des crèmes hydratants hypoallergéniques ou des patchs en silicone.
  • Pendant les premiers mois évitez les tensions brusques, il ne faut pas étirer la zone.
  • Buvez plus d’eau et moins d’alcool, non seulement votre peau vous remerciera mais tout votre corps !

FLORENCIA NUSSBAUM – Physiothérapeute

Activité physique et Santé

Bénéfices de l’activité physique

L’obésité, le diabète de type II, les maladies cardio-vasculaires, certains cancers et l’ostéoporose représentent plus de 70 % de toutes les maladies… et toutes peuvent être fortement diminuées avec l’activité physique.

De nombreuses études ont montré les bénéfices d’une activité physique régulière,

  • Sur la santé mentale : diminution de la détresse psychologique (50%),  de la dépression (30%) de la démence (30%) et aussi de l’anxiété, mais l’activité physique permet également d’améliorer les fonctions cognitives et l’estime de soi. Certaines études ont montré que l’activité physique pouvait faire baisser l’incidence de la maladie d’Alzheimer jusqu’à 70%.
  • Sur les maladies cardio-vasculaires : diminution de 35%
  • Sur certains cancers : Colon (50%) , sein (60%) , prostate (30%), endomètre, poumon, pancréas…
  • Sur l’obésité
  • Sur le diabète de type 2 (diminution de  60%)
  • Sur la qualité du sommeil. Cependant une activité intense dans les heures qui précèdent le coucher peut perturber le sommeil.
  • Diminution des symptômes liés à l’arthrose
  • Diminution des fractures en lien avec l’ostéoporose (ex : fracture de la hanche 70%)

Le risque relatif de décès est diminué de plus de 60%

Il n’existe aucun médicament qui a autant d’effets sur autant de pathologies avec si peu d’effets secondaires !

Modalités : Recommandations de l’OMS

L’activité physique comprend les loisirs, les déplacements (par exemple la marche ou le vélo), les activités professionnelles, les tâches ménagères, les activités ludiques, les sports…

Afin d’améliorer leur endurance cardio respiratoire, leur état musculaire et osseux, et réduire le risque de maladies non transmissibles et de dépression, les adultes devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.

L’activité d’endurance devrait être pratiquée par périodes d’au moins 10 min.

Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les adultes devraient augmenter la durée de leur activité d’endurance d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.

Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les principaux groupes musculaires devraient être pratiqués au moins deux jours par semaine.

Les enfants et jeunes gens âgés de 5 à 17 ans quant à eux devraient accumuler au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité modérée à soutenue.

La Haute Autorité de Santé nous propose ce tableau pour évaluer l’intensité de notre activité :

Romain GULDNER, Physiothérapeute

Sources : Recommandations de l’OMS et de l’HAS, www.LaCliniqueDuCoureur.com, Agence EBP

ÉPICONDYLITE LATÉRALE

Qu’est ce que l’épicondylite latérale ?

Également connu sous le nom de “tennis elbow”, il n’est pas seulement réservé aux personnes pratiquant ce sport : le tennis.

Les muscles qui étendent le poignet et les doigts proviennent de la partie latérale du coude, dans une proéminence osseuse appelée : épicondyle latéral. A partir de cette région, plusieurs muscles sortent, certains sont sollicités lors du mouvement d’extension du poignet et des doigts.

Lorsque ce mouvement est répété (comme des mouvements pour l’utilisation d’un tournevis) ou maintenu longtemps de façon incorrecte (positionnement incorrect des mains sur la souris/le clavier), cette région peut déclencher un processus inflammatoire.

Lorsque ce mouvement est répété (comme des mouvements pour l’utilisation d’un tournevis) ou maintenu longtemps de façon incorrecte (positionnement incorrect des mains sur la souris/le clavier), cette région peut déclencher un processus inflammatoire.

La douleur se situe dans l’épicondyle latéral, comme le montre l’image, et peut rayonner sur toute la longueur de l’avant-bras. Le patient peut avoir une diminution de force musculaire dans cette région et, par conséquent, des difficultés à effectuer des mouvements d’extension du poignet et des doigts, ainsi que les mouvements les plus simples pour «plier» et «étirer» le coude.

Quel est le traitement pour me soigner ?

Il existe plusieurs formes de traitement de l’épicondylite latérale, telles que la physiothérapie,  les infiltrations, les chirurgies, les aspects de la médecine traditionnelle chinoise, entre autres.

Chez PHYSIONEX, grâce à une anamnèse et une évaluation approfondie, nous traitons l’épicondylite latérale en utilisant une somme de techniques de thérapie manuelle, électrothérapie, dry needling, taping et exercices stabilisateurs de la colonne cervicale et membres supérieurs. Sur la base du principe selon lequel le corps doit être considéré comme une unité, nous apportons les corrections nécessaires pour harmoniser le système musculo-squelettique de votre corps.

PHYSIOTHÉRAPEUTE RYCHTER JESSICA

JULIEN CORONA

Diplômé en 2015 à l’Ecole Nationale de Kinésithérapie et de Rééducation à Paris, France.

Avant de rejoindre l’équipe de PhysiOnex, Julien effectue de nombreuses formations complémentaires comme :

  • Physiothérapie respiratoire, à la Haute Ecole de Santé Genève (HEDS)
  • Thérapie manuelle du rachis, à l’Institut de Thérapie Manuelle de Paris (ITMP)
  • Thérapie manuelle du rachis, à l’Académie des Arts Thérapeutiques de Genève
  • Thérapie manuelle rachis lombaire, à l’Institut supérieur de Thérapie manuelle de LYON (ISTM)

Par la suite, il travaille dans plusieurs cabinets et 3 ans au sein d’une clinique privée à Genève en tant que physiothérapeute, où il acquière une expérience précieuse dans le traitement d’un large éventail de conditions orthopédiques post-chirurgicales, blessures sportives, maladies respiratoires et cardiaques.

De plus, il est qualifié et obtient de très bons résultats dans le traitement de réhabilitation et de reconditionnement physique à domicile en Gériatrie.

Julien se déplace à domicile.

SIMON VILLARS

Diplômé en 2014 à l’Institut Lorrain de formation en Masso-kinésithérapie,  France.

Simon a une expérience clinique à la fois hospitalière et privée en France comme en Suisse où il a exercé en tant que spécialiste :

  • En Thérapie manuelle orthopédique
  • En Rééducation Fonctionnelle des membres inférieurs
  • En Traumatologie du sport 

Pour compléter ses compétences cliniques, il s’est formé à l’ECOLE DU DOS, et est instructeur chez PhysiOnex.

De plus, il a développé des compétences spéciales en soins respiratoires du nourrisson et de l’adulte.

En effet, chez le nourrisson, où son système respiratoire est en plein développement et chez les séniors, où le système respiratoire est plus faible, il est parfois nécessaire d’avoir recours à la physiothérapie. Celle-ci vise à libérer les voies aériennes supérieures (nez, fosses nasales, bouche, pharynx et larynx) et inférieures (trachée, bronches, bronchioles, conduits et sacs alvéolaires, alvéoles).

Son but étant de mobiliser, d’entraîner et d’évacuer les sécrétions de la trachée et des bronches.

Par ailleurs, les séances quotidiennes de physiothérapie respiratoire permettent la surveillance de l’évolution des constantes.

Simon se déplace à Domicile